Déclaration

Classé dans : La plume du poète, Poésie | 0

A vous ces vers, puisse le destin
Vous amener vers ce doux chemin,
Loin du désespoir qui me tient par la main,
Tel un amant possessif qui n’a que soif et faim.

Je suis ce Petit Chose, tantôt froid comme l’hiver,
Qui se veut attaché à vos charmes solitaires,
Qui, pour échapper au suicide qui rôde,
A retrouvé sa plume pour vous écrire une ode,

Avec élégance, et crier ses espérances,
Voir pâlir ce désespoir, sbire de la souffrance.
Le ciel est si pâle mais le cœur se lance,
Attendant, silencieux, votre douce sentence.

Vous êtes si belle dans la beauté des jours.
Le velours est marié à votre peau de satin
Que le soleil fait briller dès le plus tôt matin.
Vous êtes bien belle dans le silence de l’amour.

C’est le cœur, c’est l’âme, qui veulent parler.
Mais le souvenir ancien s’est emballé ;
On n’oublie jamais les tristesses du passé.
Le hasard s’arrange pour nous les rappeler.

Pardonnez-moi, jeune femme, j’ai comme fardeau,
De durs ressentiments qui ont fait mon tombeau.
Mais depuis que je vous vois, il n’y a plus d’ennui.
Je dessine du bout des doigts et rêve la nuit.

Votre absence me serait de dures heures.
Sans vous voir partir, offrez votre cœur ;
Dans vos yeux, je vois se contenir une flamme
Qu’empêche de revivre, une petite larme.

Je vous sens comme moi brûler d’un feu discret,
Vos yeux sont là sans forcer votre beauté.
Si j’aspire tout bas à un bonheur secret,
Pourquoi me cacher donc de cette vérité ?

Face à vous existe-il des défenses ?
Puis-je forcer la demeure des confidences ?
Il est un sentiment qui puisse forcer l’enceinte :
L’amour inspire les cœurs et chasse les complaintes.

Ma poésie se peut de tout vous dire,
Comme de ne rien révéler.
Ma plume se veut un art d’écrire
Des humeurs, des aveux, de nobles pensées,

Sans rougir des pudeurs qui envahissent le poète,
Traduisant les rêves qui lui emplissent la tête.
Déjà votre présence m’est une belle récompense,
Je vous en remercie d’une bien belle révérence.

Et sans vous offenser de l’amour que je prête,
Recevez ce baiser du Petit Chose poète.

©Eddine C

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *