Choisir un secret pour enrichir votre personnage

 

«N’importe quelle personne a au moins un secret qui vous briserait le cœur.» – Frank Warren

Les secrets sont des catalyseurs. Ils séparent les gens et les rassemblent. Ils intriguent. Ils ajoutent le drame. Ils peuvent être drôles, sombres, déprimants ou vraiment horribles. Ils fournissent une fenêtre sur la psyché de votre personnage.

Tous les personnages de votre histoire ne dévoileront pas un secret déchirant, car cela surchargerait l’histoire. Mais avoir un mélange de petits et grands secrets rendra l’histoire plus intéressante.

Bien sûr, vous devez vous assurer que le lecteur croit que le secret est cohérent avec la personnalité du personnage…

Un secret crédible

Il existe un spectre, une zone d’ombre dans nos vies privées, et la plupart des gens (et des personnages) y cache quelque chose. Mais certains tombent dans les extrêmes.

Une personne secrète pourrait l’être naturellement, ou ce pourrait être un trait qu’elle a développé. Un personnage naturellement discret sera plus à même de garder les choses pour lui. Une partie du bouleversement de tout personnage secret proviendra probablement de conflits interpersonnels liés à des erreurs de communication ou d’un manque d’intimité.

Une personne naïve ou innocente peut être perçue comme un livre ouvert. Ou, à l’inverse, elle peut sembler avoir quelque chose à cacher, mais ne donne aucune indication à ce sujet.

Dans le premier cas, le personnage pourrait avoir du mal à garder un secret important, entraînant un conflit interne majeur.

Dans le second cas, la personne extravertie pourrait avoir du mal à se décider de garder un secret important, mais ce serait probablement basé sur la crainte de revenir sur un passé trouble.

Comme je l’ai dit, la plupart des personnages tomberont quelque part dans une zone de flou.

Certains peuvent se sentir secrets sans être vraiment secrets, alors que d’autres peuvent se sentir ouverts quand ils ne le sont pas. Les deux pourraient créer des situations intéressantes. D’autres ne comprendront tout simplement pas à quel point ils sont ouverts ou secrets.

Astuce : pendant que vous envisagez la crédibilité, vous pouvez envisager d’ajouter un symbole du secret, qu’il s’agisse d’un élément lié et inconnu de ceux qui ne sont pas au courant. Ou, ça peut être une preuve écrite indiquée dans un journal par exemple. Une représentation du secret renforce son existence. 

Environnements favorisant un secret

Hostile ou compétitif

Que ce soit en affaires ou pour un show, la concurrence ouverte encourage le secret. Tout est surveillé de près.

Imprévisible

Les situations d’abus ou d’instabilité peuvent amener la victime à se mettre en retrait, dissimulant ainsi des choses afin de reprendre le contrôle de certaines parties de sa vie ou par peur de déclencher un incident.

Oppressif

Pensez à une culture du silence imposée par un gouvernement oppressif, qui punit sévèrement les dénonciateurs. Toute la société est plongée dans le secret. Les machines à propagande couvrent les murmures d’agitation et la population (sans parler des autres pays) est laissée dans le noir quant à l’ampleur de la tyrannie.

Le secret prospère dans toutes les situations de méfiance généralisée.

Toutes les méfiances ne se qualifient pas, bien sûr. Des attentes violées ou quelques mensonges dans un couple ne signifient pas que des secrets vont éclater. L’accent est mis sur le développement.

Les secrets se présentent sous de nombreuses formes

Le secret est une pierre angulaire car c’est un moyen simple et flexible de créer de la profondeur pour votre personnage. Utilisez cette flexibilité à votre avantage.

A quel point le secret est-il tenu ?
  • Sous clef : Le personnage est déterminé à ne pas révéler ou même laisser filtrer une quelconque information. Il y a une réelle volonté à cela. En raison des efforts conscients déployés pour le cacher, il est possible que cela devienne une obsession. 
  • Sans effort sécurisé : Il n’a pas besoin de beaucoup réfléchir pour le dissimuler avec habileté. Il est secret, et bien qu’il se soucie de ce secret, ce n’est pas si différent de tout ce qu’il garde pour lui.
  • Neutre : Il ne voit aucune raison de le dire. Ce n’est pas un gros problème à ses yeux.
  • En vrac : Celui-ci est probablement drôle ou amusant (vous cachez l’organisation d’une fête surprise).
  • Hors de vue, hors de l’esprit : C’est oublié jusqu’à ce que quelque chose déclenche la mémoire.
A qui appartient le secret ?
  • Il appartient au personnage.

  • Il appartient à quelqu’un d’autre; le personnage le sait.

De quel type de secret s’agit-il ?
  • Sombre : c’est généralement un secret honteux ou embarrassant, que le personnage soit le coupable ou non.
  • Stratégique : des secrets commerciaux, les agendas cachés et des plans entrent dans cette catégorie.
  • Interne : ceux-ci sont utilisés comme au sein d’un groupe.
  • Confié : quelqu’un a fait confiance au personnage en tant que confident et il doit être à la hauteur de cette confiance.
  • Libre : cela ne lui appartient pas et peut être divulgué sans hésitation (À moins qu’il n’y voie un avantage stratégique).
De qui est-il caché ou partagé avec ?
  • “Caché de” peut aller d’une personne ou d’un groupe à tout le monde sauf au détenteur lui-même. (Ou il pourrait simplement être oublié).
  • «Partagé avec» peut être personne, une personne ou un groupe. Moins ils en savent, plus c’est facile pour le personnage. Une rumeur qui circulerait et qui révélerait le secret si elle parvient à la mauvaise oreille risque de créer une tension considérable.
Ce qui est caché
  • Préoccupations, craintes ou tristesse quant au sens, au but, à la direction ou à la valeur de votre vie. 
  • Inquiétudes, colère ou tristesse devant une relation brisée ou ayant échoué avec un ami, un parent, un membre de la famille, le conjoint ou un enfant.
  • Une facette de vous-même (un intérêt, un trait ou un comportement) que vous n’avez jamais révélée à personne, car vous craignez que les gens ne vous trouvent étrange, malade, bizarre, honteux ou déviant.
Pertinence avec l’histoire

Les secrets exigent de l’attention. Si cela ne fait que nuire à l’histoire, il vaut mieux ne pas les inclure. Je ne parle pas de distraction utile ni de tour de passe-passe littéraire. Tout secret mis à profit devrait être conservé dans votre histoire. Mais si vous essayez de vous faufiler là où ça ne vous appartient pas, coupez la scène. Vous ne saurez peut-être qu’après la première ébauche si cela nuit à l’histoire.

Alternativement, ne donnez pas à un personnage un secret que vous ne mentionnez jamais, ou ne faites jamais allusion ou que vous ne révélez jamais au cours de l’histoire. Cela ne sert pas à grand chose  si le lecteur n’en entend jamais parler.

Quand ça se produit
  • Avant que l’histoire ne commence.
  • Au cours de l’histoire. Montrez-vous ou faites-vous allusion à sa conception.

Tous les secrets ne sont pas destructifs

L’utilisation généralisée du terme «secret» peut créer un problème de distinction entre secret et vie privée. (Même si les personnages secrets auront des problèmes de différenciation, aussi.)

Certaines informations personnelles ne sont pas nuisibles et n’ont pas besoin d’être partagées. Quand c’est le cas, c’est “un cadeau” et cela aide à former une intimité émotionnelle. Cela se produit souvent au début d’une relation amoureuse. Mais quand on le refuse, ce n’est pas avec le même effort et l’inquiétude qui accompagne de vrais secrets.

Un autre exemple est un groupe d’amis avec une blague au cœur de ce groupe.

Des informations privées qui intéressent d’autres personnes peuvent créer un sentiment de mystère , même si elles ne doivent jamais être révélées à tous les curieux.

Comment choisir un secret

” Ce qui est le plus personnel est le plus général.” – Carl Rogers

Ne poussez pas pour être unique. Des tas de personnes ont gardé des secrets dans le passé. Il n’y a pas de nouveaux secrets, pas vraiment.

En passant par les sites de confession, il est facile de commencer à écarter tous les secrets, sauf les plus sombres ou indignes. Mais si vous regardez de plus près, vous pouvez voir la douleur, la honte et la vulnérabilité, tellement personnelles, qui les accompagnent.

Ne rejetez pas un secret possible sans vous mettre d’abord solidement dans la peau de son détenteur. Il faut examiner :

  1. Motivations possibles,
  2. Conséquences d’une révélation,
  3. Perceptions sociétales ou familiales,
  4. Le facteur d’ouverture du personnage (le plus secret, les petites choses qu’il peut cacher),
  5. Et imaginer la honte.

Car, oui, nous ressentons souvent de la honte là où il ne devrait pas y en avoir. Il existe de nombreuses situations dans lesquelles nous pourrions être remerciés pour notre ouverture de soi et récompensés avec plus d’amour, mais nous ne le réalisons pas, craignant l’isolement, la révulsion ou l’horreur. Tant que vous pouvez comprendre les motivations et les démontrer au lecteur, aucun secret n’est trop insignifiant.

Les effets

 « Les secrets sont puissants car ils peuvent vous contrôler. Très souvent, le problème d’un secret n’est pas le contenu du secret lui-même, mais ce que vous devez faire pour garder les informations secrètes à l’abri des regards. »- Claudia Black.

Vous avez un secret, alors vous mentez et vous essayez de ne pas y penser. Savez-vous ce qui se passe si je vous dis de ne pas penser à une personne ? Cela vous vient à l’esprit et c’est la même chose lorsque vous essayez d’éviter de penser à quelque chose. Si un personnage essaie constamment de ne pas penser au secret, cela peut devenir une obsession, occupant chaque pensée. Fredric Neuman, explique comment cela affecte le détenteur du secret :

  • Toute agitation est amplifiée parce qu’ils ne peuvent pas rechercher le confort sans s’exposer à des questions embarrassantes (même si ces questions ne sont que dans l’esprit du personnage).
  • Les échecs et les limitations sont exagérés car il n’y a pas de modération de la part de sources extérieures.
  • Les conseils sur des situations personnelles (et éventuellement embarrassantes) sont laissés de côté.

Bien qu’il n’y ait pas de lien direct, les secrets semblent augmenter l’anxiété, la dépression, les douleurs corporelles, l’hypertension, la grippe et même le cancer. Plus le secret est traumatisant (et probablement plus longtemps il est gardé), plus les effets sont graves. 

Un secret affecte également les autres, directement et indirectement. Les relations sont tendues, les environnements domestiques sont chamboulés et tout devient asymétrique. En bref, les problèmes de communication abondent.

« Les secrets ont une signification plus grande qu’ils ne le méritent parfois, simplement parce qu’ils sont cachés. » – Nancy Kalish.

Il est facile de supposer que quelque chose de caché a été caché pour une raison et qu’il pourrait y avoir d’autres secrets qui se cachent avec cela. C’est comme ça que les secrets fonctionnent, non ? Parfois oui et parfois non. Mais cela ne change pas l’interprétation.

Si le détenteur est extrêmement “ouvert”, mais a oublié de révéler quelque chose, le personnage qui le découvre pourrait le considérer comme un problème encore plus important que si le détenteur était naturellement secret (il pourrait détenir d’autres secrets plus sombres par exemple).

Révéler des secrets pour un impact maximum

Un secret est précieux en partie parce qu’il peut transformer la tension en un conflit à part entière. Il doit mettre mal à l’aise ou créer un désordre. pour clarifier votre scène de révélation utilisez les deux genres : par exemple celui qui révèle est masculin et celui qui l’apprend est féminin. Dans ce cas :

  • Laissez-la découvrir le secret lors d’une occasion particulière. L’effet explosif peut être assez impressionnant. Le confident moyen raconte généralement à deux personnes. Et, plus le secret est traumatisant, plus les gens sont informés.
  • Donnez-lui des opinions négatives qui l’amèneraient à rejeter le détenteur du secret lorsque celui-ci est révélé. 
  • Demandez-lui de donner plus de détails. Cela peut submerger l’autre personnage, ou peut être le point de départ d’une rumeur encore crédible plus tard dans votre récit.
  • Demandez-lui de poser des questions inappropriées, rendant le personnage incertain
  • Pour éviter sa croissance émotionnelle à long terme, révélez quelque chose au cours d’une période de transition dans sa vie. Dans la vraie vie, il est tentant de révéler un secret lors des transitions, car nous pensons que cela facilitera les choses… Fonder une transition sur la vérité est la meilleure façon, Une transition nécessite  un terrain émotionnel solide . Ainsi, un secret révélé peut retarder la transition pendant que la personne s’adapte à la nouvelle réalité. 
  • Enfin, vous pouvez demander à votre personnage de résister à un nombre considérable de conflits internes jusqu’à… Ce qu’il craque. Vous l’utilisez comme intrigue, décalage à mi-parcours ou point culminant. 
    .

Quand votre lecteur doit-il s’en rendre compte ?

La connaissance du lecteur dépend du secret, du caractère de maintien, du personnage de POV, de la distance narrative et du ton / style du livre. En d’autres termes, il n’y a pas de réponse absolue.

Un secret partagé crée une connexion, que ce soit entre des personnages ou avec le lecteur. 

Un personnage POV avec un secret devrait le révéler le plus tôt possible, sinon il se sera catégorié comme timide.

Les secrets plus sombres devraient être révélés au lecteur avec plus de soin que les autres secrets, surtout si vous essayez de garder le personnage agréable. Créez d’abord l’empathie auprès du lecteur, mais révélez le secret aussi vite que possible. Vous ne voulez pas que le lecteur se sente trahi par un personnage qu’il pensait connaître. Ou vous pouvez laisser l’avenir lui donner un indice pour que cela ne soit pas une surprise.


©Eddine C

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *