Qui est le narrateur ?

Classé dans : Préparer | 1
 

Il peut être utile de définir qui est exactement le narrateur. Il s’agit, je ne vous apprends rien, de la personne qui raconte une histoire. Ainsi, quand un ami vous raconte sa folle soirée d’hier, il est le narrateur, tout comme le personnage de sa propre histoire : rien de plus simple.

Mais alors que le concept est évident dans la vraie vie, il se complexifie en littérature. En effet, l’écriture d’un roman implique, bien entendu, l’existence d’un auteur. Or, dans une fiction, l’auteur est celui qui écrit l’histoire, mais rarement celui qui la raconte. Un roman est en effet raconté non pas par l’auteur, mais par le narrateur.

Un narrateur de roman peut être un personnage, et dans ce cas il est clairement identifié, ou il peut simplement être une entité, et donc bien plus difficile à caractériser pour le lecteur. Enfin, le narrateur peut aussi être l’auteur, dans le cas d’une autobiographie ou d’une autofiction (autobiographie romancée).

En résumé, le narrateur peut être un personnage, une entité mystique, un auteur ou encore un auteur menteur. Autant dire que le concept de narration n’est pas des plus évidents.

Le statut du narrateur

Pourtant, sachez qu’il n’existe que deux types de narrateurs. Lorsqu’on choisit un narrateur, il faut avant tout déterminer le statut du narrateur parmi ces deux choix possibles :

Le narrateur interne, ou narrateur personnage, est tout simplement un narrateur qui fait partie de l’histoire, en tant que personnage. Il s’agit d’un narrateur clairement identifié, et qui peut directement interagir à l’intérieur du récit. De ce fait, il utilise la première personne du singulier. Dans le cas d’une autobiographie, le narrateur interne est tout simplement l’auteur.

Le narrateur externe est un narrateur qui ne fait pas partie de l’histoire. Il est plus dur à cerner pour le lecteur, tout simplement car il n’a pas vraiment d’identité. Disons qu’il s’agit simplement d’une entité dont le seul but est de raconter le récit. Quand on choisit un narrateur externe, le récit est forcément raconté à la troisième personne du singulier.

Jusqu’ici, rien de bien compliqué : le narrateur fait partie ou non du récit. Mais les choses se précisent quand vient le moment de choisir un point de vue narratif…

Le point de vue narratif

Car au-delà du statut narratif se pose la question du point de vue narratif. Il ne s’agit plus ici de se demander qui raconte l’histoire, mais plutôt comment il la raconte. Il existe trois types de points de vue narratifs. Notez qu’un narrateur interne n’a pas le choix de son point de vue : il sera nécessairement interne. Un narrateur externe pourra quant à lui choisir entre les trois solutions disponibles :

Le point de vue interne:

Un narrateur en point de vue interne est focalisé sur un seul personnage. Il vit donc le récit à travers les yeux et les pensées de ce personnage. En point de vue interne, le narrateur est capable de connaître les pensées du personnage qu’il suit, et connait également tout de son passé. Il est en revanche incapable de connaître les pensées des autres personnages, ni même le futur du personnage qu’il suit.

Contrairement à ce que l’on peut penser, le point de vue interne ne nécessite pas forcément l’utilisation de la première personne (« Je » pour ceux qui ne suivent pas !). Tout dépendra initialement du statut du narrateur :

Un narrateur interne en point de vue interne est tout simplement le personnage principal (on peut parler de narrateur personnage). Il utilisera donc forcément la première personne du singulier. On peut dans ce cas parler simplement d’un narrateur interne, car le statut interne du narrateur implique forcément le point de vue interne.

Le narrateur interne est un personnage parmi les autres.

Un narrateur externe en point de vue interne sera,quant à lui, un narrateur qui parlera à la troisième personne mais qui restera systématiquement focalisé sur le personnage principal. Le narrateur ne sera pas ce personnage à proprement parler, mais il ne pourra vous révéler que les pensées de ce personnage, et vous montrera le récit tel que le perçoit le personnage principal.

Le narrateur externe en point de vue interne est focalisé sur un seul personnage.

Le point de vue externe :

Si votre narrateur est un narrateur externe, vous pouvez choisir de lui offrir un point de vue externe. On l’aura compris à cette double mention du mot externe : le narrateur externe en point de vue externe est clairement le moins impliqué de tous dans le récit.

Un narrateur en point de vue externe est un narrateur observateur. Il se contente de raconter le récit, mais sans jamais s’y insinuer. Nulle question ici de faire part au lecteur des pensées d’un ou plusieurs personnages, ni même de lui expliquer comment chaque personnage considère les autres. En théorie, le narrateur externe n’émet aucun jugement de valeur sur quoi ce soit. Il s’agit du narrateur le moins impliqué possible.[

Le point de vue omniscient :

Enfin, on arrive à mon petit chouchou : le point de vue omniscient. Encore une fois réservé à un narrateur externe, le point de vue omniscient est celui qui offre le plus de « pouvoir » au narrateur. En effet, en point de vue omniscient, et comme l’indique si bien le nom, le narrateur sait tout.

Comprenez par là qu’un narrateur omniscient est capable de s’insinuer dans les pensées de tous les personnages (et pas seulement celles du personnage principal), et connait aussi bien leur passé que leur futur. Le narrateur omniscient peut donc révéler au lecteur tous les secrets des personnages, mais peut également lui raconter des choses que les personnages eux-mêmes ne savent pas encore, ou ne sauront peut-être jamais.

Malgré ce grand pouvoir, le narrateur omniscient reste un narrateur externe avant tout. N’oubliez donc pas que, s’il a beau tout savoir sur le récit, il ne peut pas intervenir sur ce dernier. Il reste néanmoins plus impliqué qu’un narrateur externe en point de vue externe, car il a le choix de divulguer, ou non, l’étendue de son savoir au lecteur.

Méfiez-vous : le narrateur omniscient voit tout et sait tout…

Narrateur personnage, narrateur interne, narrateur omniscient, narrateur externe… Tous ces gais lurons ont leurs avantages et leurs défauts quand il s’agit de raconter une histoire. Et même si, bien souvent, l’auteur choisit d’emblée un type de narrateur sans même s’en rendre compte, le choix du narrateur peut avoir toute son importance…


Bonne écriture

©Eddine C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *